• Post category:Articles Kolegz
  • Reading time:7 mins read

Cet article vise à outiller les gestionnaires à mieux gérer l’annonce d’un congé parental.

Quand un employé vous mentionne qu’il partira sous peu en congé parental, il peut ressentir un grand stress, et ce, même s’il s’agit de l’une des plus belles nouvelles de sa vie. Il se pose une multitude de questions telles que :

  • Comment les dirigeants réagiront-ils?
  • Qui pourra me remplacer?
  • Vais-je pouvoir gravir les échelons dans la compagnie malgré le congé?
  • Va-t-on m’oublier? La personne qui me remplacera sera-t-elle « meilleure » ou plus appréciée que moi?
  • Qu’arrivera-t-il au suivi de mes dossiers?

Il y a quelques années, j’ai trouvé cet article qui affirme que certains employeurs en ont ras-le-bol des congés de maternité. Un gestionnaire témoigne : « La prochaine fois que je vais ouvrir un poste, à compétence égale, je risque d’y réfléchir à deux fois avant d’embaucher une fille ».

Il existe une multitude d’autres histoires honteuses similaires comme celle du Huffington Post où une employée s’est emportée vu la réaction de son patron qui a très mal réagi. Elle a rétorqué : « Veux-tu que je regarde si je suis dans les délais pour me faire avorter? Est-ce que c’est ça que je dois faire selon toi? ».

Après avoir calmé mon côté féministe et pris une grande respiration, je me suis demandé : qu’est-ce que les dirigeants redoutent réellement? Et si on déconstruisait ce scénario (malheureusement) typique pour l’analyser et comprendre d’où vient la frustration du départ en congé de maternité? On peut d’ailleurs parler de congé parental puisque déjà en 2019, 37% des pères prenaient un congé parental en partie ou en totalité afin de profiter du congé avec leur chérubin, qu’il soit né de façon naturelle ou adopté.

Congé parental : qu’est-ce qui peut effrayer les dirigeants?

  • Perdre un(e) bon(ne) employé(e) qualifiée durant plusieurs mois
  • Devoir recommencer les efforts de recrutement, surtout pour les postes de cadre ou ceux qui sont en pénurie de main d’œuvre
  • Investir dans la formation d’une nouvelle recrue
  • Devoir offrir le même poste ou un équivalent à l’employé(e) lors de son retour
  • Ne pas savoir si l’employé(e) aura envie de quitter son emploi à son retour

Malgré tout, vous avez plus de pouvoir que vous ne le croyez pour augmenter les chances que votre employé(e) revienne travailler à vos côtés après son congé. Une réaction positive à l’annonce et une bonne planification permettront de diminuer l’impact de la nouvelle de part et d’autre.

Accueillez la nouvelle chaleureusement

Développez un climat d’ouverture avec vos employés. Avant même qu’il ne soit question de grossesse ou que l’employé en parle, n’hésitez pas à lui dire que vous considérez le congé parental comme étant une situation tout à fait normale et heureuse. En établissant un climat de confiance et de transparence, vos employés seront plus enclins à vous annoncer la nouvelle dès les premiers jours (s’ils sont à l’aise, bien entendu). Vous aurez donc plus de temps pour planifier leur remplacement.

Une fois la nouvelle annoncée, soyez enthousiaste et démontrez que vous supportez l’employé dans son choix. Cela aura un impact non-négligeable sur son désir de retourner à vos côtés dans quelques mois. Dites-lui de prendre le temps de savourer cette nouvelle et que dans quelques jours, vous pourrez planifier son congé.

Questions à poser à l’employé pour planifier son congé parental

Certaines questions demanderont un temps de réflexion plus long pour vous offrir une réponse officielle. Il est encouragé de présenter vos interrogations de vive-voix mais d’en donner une copie par écrit afin de laisser le temps à l’employé d’avancer ses réflexions.

À noter que vous ne pouvez exiger que l’employé y réponde sur-le-champ. L’employé doit remettre à son employeur un avis écrit qui précise la date de début du congé et la date prévue du retour au plus tard 3 semaines avant le début du congé. Le délai est le même pour ce qui est du congé de paternité.

Voici quelques exemples de questions que vous pouvez poser :

  • Quelle durée de congé envisages-tu?
  • À quel moment souhaiterais-tu débuter ton congé (sachant que le retrait préventif est une possibilité)?
  • Aimerais-tu travailler à partir de la maison lors des dernières semaines (si applicable)?
  • Souhaites-tu réduire ou adapter ton horaire de travail (si applicable)?
  • Quand veux-tu l’annoncer aux employés, clients, partenaires, etc.?
  • Aimerais-tu que je t’aide à préparer ton annonce ou tu préfères le faire par toi-même?
  • Lors du congé, souhaites-tu recevoir des nouvelles sur l’entreprise à une fréquence prédéterminée? Préfères-tu qu’on ne se parle pas du tout ou que tu me contactes par toi-même quand tu auras des questions?
  • Souhaites-tu être invité(e) aux événements de l’entreprise?

Comme le mentionne le centre d’études sur le stress humain, l’un des facteurs de stress est le volet imprévisible ou inattendu d’une situation. En ayant la réponse à ces questions, tout le monde aura la conscience tranquille. Autant vous en tant qu’employeur, que votre employé(e).

Avez-vous remarqué que dans les films, les problèmes surviennent toujours quand les personnages ne se parlent pas? Ils se créent alors des scénarios imaginaires dans leur tête qui peuvent facilement déraper.

Si le cinéma a autant de succès, c’est que nous reconnaissons et vivons tous cette situation. Toutes les entreprises ont des enjeux de communication interne parce que chaque humain est différent. Chacun a ses motivations qui lui sont propres. Voilà pourquoi il faut demander l’avis de vos employés plutôt que d’assumer leur réponse.

Comment devenir un employeur plus ouvert en matière de conciliation famille-travail (CFT)?

Une fois que l’employé sera de retour, vous devrez vous montrer conciliant envers sa situation familiale. Plusieurs initiatives peuvent réduire le stress des nouveaux parents et augmenter leur degré de mobilisation. L’organisme à but non lucratif Réseau pour un Québec famille a mis en place le Sceau Concilivi qui permet aux employeurs de suggérer des mesures de CFT et de les formaliser dans une charte rendue visible et disponible à vos employés. De plus, arborer le Sceau Concilivi fièrement peut rehausser votre marque employeur.

Finalement, le congé parental est une bonne nouvelle qui mérite d’être célébrée. Saviez-vous que certaines entreprises comme MABY offrent des boîtes-cadeaux déjà préparées pour les mères et leur nouveau-né?

À retenir

  • Accueillez chaleureusement la nouvelle d’un congé parental et laissez un temps de répit à l’employé avant de vous mettre en mode planification de la suite
  • Montrez-vous ouvert envers vos employés s’ils ont besoin d’aide pour planifier leur congé parental
  • Posez les bonnes questions à l’avance afin d’éviter toute ambiguïté
  • Soyez conciliant avec la situation de vos nouveaux parents lorsqu’ils reviennent en poste après leur congé

Rédigé par Marianne Lemay